Harcèlement moral

Le salarié, destinataire, pendant un an, de nombreux courriers électroniques rédigés de façon méprisante, agressive et grossière, dont certains avaient également été adressés, pour information, à d’autres salariés, et a produit un certificat médical mentionnant un état anxio-dépressif réactionnel à un harcèlement dans le cadre du travail, a pu démontré que ces faits rendaient impossible la poursuite du contrat de travail et justifiaient la résiliation de celui-ci aux torts de l’employeur.

(Cass. soc. 3 février 2016 n° 14-25.843)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × un =